Auteur Sujet: WEC 2020-2021 : le règlement hyper sport se précise  (Lu 51 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

En ligne Fab45

  • Modérateur
  • Pilote VIP
  • ***
  • Messages: 1001
  • Sexe: Homme
  • Département: 45
  • Véhicule VDA: Caterham 165
WEC 2020-2021 : le règlement hyper sport se précise
« le: 15 juin, 2019, 07:20:50 am »


L’ACO a dévoilé la nouvelle mouture de son règlement hyper sport. Et on a deux premiers entrants, Aston Martin avec sa Valkyrie ainsi que Toyota (qui l’avait déjà annoncé l’an dernier) avec le GR Super Sport.


Un premier jet avait été publié l’an dernier. A l’époque, on parlait d’hypercars. On en parle toujours mais désormais l’ACO parle aussi de catégorie Hyper Sport. La porte ouverte à une catégorie super sport inférieure ?


Théoriquement, ces hypercars devaient être des voitures de route produites à au moins 20 modèles sur 2 ans. Oui mais voilà, tous les constructeurs intéressés n’ont pas forcément envie de produire une hypercar de route. Et de plus, certains concepteurs de châssis comme Oreca, Ligier, Dallara, etc. veulent pouvoir entrer et proposer leurs châssis.


Donc, les voitures pourront être des hypercars de route (toujours 20 modèles produits sur 2 ans), soit des prototypes ! Hop tout le monde est content. Pour les hypercars de route, les contraintes sont un peu plus importantes que pour les prototypes. En effet, le moteur thermique et la partie hybride doivent être dans la même position que sur le modèle de route. Elle est libre pour les prototypes.


Poids : 1100 kg minimum. La Toyota TS050 Hybrid c’est 875 kg pour comparaison. Cela signifie plus de masse, mais aussi (et surtout) moins de matériaux légers et de conceptions très coûteux.


Pour bouger tout cela, l’ACO prévoit une puissance totale de 750 chevaux. Cette puissance peut être thermique+hybride ou 100% thermique car l’hybridation n’est pas obligatoire. La partie hybride ne pourra pas dépasser les 270 chevaux (aux roues avant pour les protos). La TS050 c’est 1000 chevaux (500+500 environ). Là encore la maîtrise des coûts est visée. L’aérodynamique sera contrainte (comme actuellement) et l’ACO vise un temps au tour de 3 minutes 30 durant la course (plus vite en qualifications).



 
Trop de brides et de rééquilibrages ?
 Passons aux choses qui nous chiffonnent un peu. Les moteurs thermiques doivent forcément venir d’une hypercar de route, même pour les prototypes. Mais, surtout, l’ACO veut tout brider et contrôler. Manufacturier de pneumatiques unique ! Carburant unique ! Courbe de puissance du moteur thermique réglementée ! Même le seuil de déclenchement de la partie hybride est mis de telle manière à ne pas trop avantager les hybrides des 100% thermiques.


Alors certes, le but est de contenir les budgets pour que les privés puissent aligner deux voitures (obligatoires) pour une saison complète du FIA WEC et jouer la gagne. Mais en uniformisant les composants, on risque de se retrouver avec la catégorie LMP2 ou presque. A savoir 3 châssis, 1 seul moteur unique et des privés. Les constructeurs qui s’engagent veulent aussi « en avoir pour leur argent ». Pour le spectacle en piste, cela devrait être plus serré, mais ce sera « artificiel ».


D’autant plus que, fidèle à l’esprit qui prévaut depuis quelques années, l’ACO introduit un équilibrage des performances. « La catégorie accueillant 2 profils de voitures (prototype et hypercar de route), un système d’équilibrage de performances sera mis en place. Il s’inspirera en grande partie des process de BOPautomatique actuellement utilisés en LMGTE Pro et qui apportent entière satisfaction ».

Entière satisfaction pour l’ACO et le public pas forcément au courant, mais qui ne plait pas du tout ni aux pilotes ni aux constructeurs dont 2 jettent l’éponge (Ford et BMW).



 
Au moins deux constructeurs
 Aston Martin a été le premier à dégainer et a annoncé que la Valkyrie (hypercar de route) serait au rendez-vous des 24 heures du Mans 2021 (saison WEC 2020/2021). Il y aura au moins 2 voitures engagées pour aller chercher une nouvelle fois la gagne (et pas un « simple » titre GTE). De quoi fêter les 100 ans de la première course d’Aston Martin au Mans.


Quant à Toyota, ils s’étaient déjà montrés intéressés l’an dernier avec la possibilité d’engager un prototype dérivé du concept GR Super Sport. En attendant, on devrait retrouver une TS050 améliorée pour la saison 2019-2020 (qui débute juste après ce weekend). Toyota indique que le concept GR Super Sport sera bien la base et qu’une version de route sera développée. Le tout sera évidemment hybride.


 
Bon, nous voilà embarqués dans une nouvelle ère des 24 heures du Mans qui ont eu à se réinventer tout au long de leur histoire. Avec ce règlement Hyper Sport, est-ce que les constructeurs vont revenir dans la catégorie reine ? On rêve d’un retour de Ferrari pour jouer la gagne au général, de Porsche, de Peugeot aussi. Et pourquoi pas les héritiers des Pescarolo et autres « artisans » du Mans ?


Source: Leblogauto.com